EMPREINTE CARBONE : COMBIEN çA COûTE à LA PLANèTE QUAND ON MANGE UNE BANANE ?

Quand on veut bien faire, pas toujours facile de choisir, devant les rayons des supermarchés farcis de fruits et légumes, de saison ou pas, locaux ou pas. Voici donc une revue non exhaustive de ces empreintes écologiques insoupçonnées

LE JUSTE PRIX - Quand on veut bien faire, pas toujours facile de choisir, devant les rayons des supermarchés farcis de fruits et légumes, de saison ou pas, locaux ou pas. Voici donc une revue non exhaustive de ces empreintes écologiques insoupçonnées

Est-ce que vous connaissez l’empreinte carbone d’une banane ? Ou d’une pomme ? Ou bien d’un bouquet de fleurs ? Ou encore du menu indien dont vous raffolez et que vous commandez au moins une fois par semaine ?

Le professeur et chercheur spécialiste de l’empreinte carbone des aliments, Mike Berners-Lee, lui, a fait le taf pour vous. Dans son livre Peut-on encore manger des bananes ?, il passe en revue un nombre incalculable de fruits, légumes, objets, mais aussi habitudes et traditions – comme les funérailles ou une guerre – pour en extraire une substantifique moelle : leur empreinte écologique.

Le coût écologique de la fabrication d’un produit

Pour réussir à fournir des chiffres les plus précis possibles, le chercheur a croisé plusieurs méthodes de calcul et d’analyse, dont deux incontournables : l’analyse du cycle de vie (ACV), c’est-à-dire tous les processus qui conduisent, in fine, à la fabrication d’un produit. Et le modèle des entrées et des sorties, utilisé dans l’alimentation, qui tient compte des importations et de l’empreinte carbone moyenne de chaque pays.

20 Minutes vous propose, dans la vidéo placée en tête de cet article, un petit tour dans le monde merveilleux des objets et des aliments de votre quotidien. Et de leur poids en équivalent CO2.

2024-04-01T09:34:27Z dg43tfdfdgfd