LE STYLE DES ANNéES 70 : QUELLE éTAIT LA MODE DANS LES SEVENTIES ?

C’est une époque plurielle : il n’y a pas un seul style des années 70. Une période aux âmes multiples, devenue source intarissable d’inspirations.

Années 1970. Après les sixties et l’insouciance des Trente Glorieuses, la société est plongée dans un nouveau paradigme. En France, mai 1968 voit déferler une vague sans précédent de révolte sociale. Partout ailleurs, la société implose : la Guerre du Vietnam fait rage et divise les États-Unis, le Bloody Sunday de 1972 traumatise l’Irlande du Nord, les chocs pétroliers de 1973 et 1979 entraînent l’économie vers la chute. Make love, not war : le courant pacifiste des années 60 perdure, mais sous le prisme de l’activisme, du militantisme, la parole et les actes en liberté.

Comment s'habillait-on dans les années 1970 ? La jeunesse adhère alors à des esthétiques qui revendiquent les personnalités, portées par les courants musicaux. Les vêtements d’avant, aux coupes franches, sages, et les couleurs pop sont délaissés au profit d’une singularité poussée à l’extrême. Durant les années 1970, le mouvement Hippie continue et assiste à la naissance d’autres canons : le glamour du disco et l’extravagance du punk. La mode n’est alors plus seulement au beau, elle est à l’expression de soi.

Une robe de la nouvelle collection automne d'Ossie Clark présentée à Londres, dont le tissu est conçu par Celia Birtwell, le 8 août 1968. Le mannequin Amanda porte un ensemble en chiffon imprimé rouge, blanc et bleu avec des ourlets en pointe. Keystone/Hulton Archive/Getty Images

Quels sont les vêtements qui symbolisent les années 1970 ?

Impertinents, les styles des années 70 ont marqué l’histoire de la mode en profondeur sans retour en arrière possible. La vague Hippie a créé plus que des pièces phares, de véritables emblèmes, à l'image du jean patte d’eph’. Hommage aux pieds de l’imposant pachyderme, ce pantalon évasé à partir des genoux s’inscrit dans une mode unisexe décomplexée.

Les vestes sont souvent en suédine fauve à franges. L’hiver, les peaux réchauffent. Les femmes portent des sandales compensées ou des cuissardes pour parfaire leur allure bohème. Le “Flower Power” inonde de ses motifs floraux les blouses oversized, les chemises, les maxi robes ou encore les jupes longues.

La fureur du Disco et des clubs fait aussi vibrer une toute autre mode clinquante, de strass et de paillettes. Les mini-robes à sequins se teintent de couleurs gold et silver, les chaussures à plateformes soutiennent les nuits endiablées par les rythmes de Diana Ross, Donna Summer ou du groupe suédois Abba.

Le Punk émerge sous les traits de David Bowie, des Sex Pistols, invite ses aficionados à déchirer leurs jeans et à exprimer leurs revendications sur des t-shirts insolents. Dr. Martens et blousons de cuir Perfecto sont incontournables, souvent customisés de clous saillants, d’épingles à nourrice ou d’accessoires fétichistes, pour les plus audacieux.

Le Costume Institute du Metropolitan Museum présente l'exposition Punk. Elle examine l'impact du punk sur la haute couture, depuis la naissance du mouvement dans les années 1970 jusqu'à son influence continue aujourd'hui Photo12/Alamy/Scott Houston

Quels sont les créateurs phares des années 70 ?

Les seventies marquent l’apogée de Yves Saint Laurent. Après le succès de son smoking féminin à la fin des années 1960, il fait désormais converger le meilleur du psychédélique et du disco. Habilleur de la fête, il marie la tendance du moment à la perfection de ses confections. Ses collections sont aussi intemporelles que transgressives, à l’image de sa “collection du scandale” de 1971.

La lumière des 1970s habille les silhouettes de Paco Rabanne, toutes dessinées pour danser sous les stroboscopes du Palace parisien. Sa vision futuriste de la couture pousse l’industrie dans ses retranchements, notamment avec l’utilisation de matériaux totalement innovants sur des mini-robes d’avant-garde, iconiques.

La mode des années 70 est aussi en pleine révolution, sous le règne de Vivienne Westwood. Mère du Punk, cette iconoclaste projette sa vision underground dans sa marque éponyme. Excentriques, ses modèles se parent rapidement de détails sulfureux, trash, voire bondage à l’envi, de slogans anticapitalistes, parfois contre la couronne, repoussant les interdits et la pudeur so british.

Présentation du costume à rayures de Yves Saint Laurent, le 23 février 1967. Son costume plus sobre pour les soirées, connu sous le nom de 'Le Smoking', est devenu sa pièce signature. Reg Lancaster/Daily Express/Hulton Archive/Getty Images

Comment s’habiller comme dans les années 1970 aujourd'hui ?

Ralph Lauren ravive la flamme américaine des années 1970 à l’automne 2024. La femme retrouve le chemin du Studio 54 dans des robes lamées sculpturales. On peut lire entre les lignes que certaines allures raniment le bohème à travers un minutieux usage de la peau et de la frange.

En Europe, Daniel Lee injecte une dose 70 dans les looks de la maison Burberry, à la fois néo-punk dans le travail du carreau mais quelque part folk, aussi, dans le jeu des longueurs et les contrastes de matériaux.

Chez Chloé, la capsule spatio-temporelle nous emmène de saison en saison dans une traduction moderne du baba cool. Au-delà des tenues vaporeuses, ce sont également les coiffures ondulées, libres, et les accessoires ethniques qui nous invitent au voyage.

La griffe Zimmermann partage également cet héritage boho avec des mélanges de matières, de volumes, de motifs, en toute légèreté.

Aujourd’hui, les maisons qui ont marqué les années 1970 de leur identité ont su conserver les éclairs de génie de leurs inventeurs, comme chez Vivienne Westwood avec Andreas Kronthaler ou chez Saint Laurent avec Anthony Vaccarello, dans leurs styles respectifs.

La mode des seventies, un éternel recommencement.

Christy Turlington au défilé Raph Lauren, printemps-été 2024. Launchmetrics

2024-05-17T09:31:18Z dg43tfdfdgfd