SANTé MENTALE : CETTE HABITUDE EST MON UNIQUE CONSEIL RéALISTE POUR PRENDRE SOIN DE SOI

Il existe de nombreuses (et nécessaires) façons de prendre soin de sa santé mentale. Cette année, j'ai décidé de me faciliter la tâche et de me fixer une seule habitude : tout faire consciemment et non pas en pilotage automatique. C'est l'une des recommandations que les experts de différents domaines du bien-être m'ont le plus souvent répétées ces derniers temps : pratiquer le sport en étant conscient de sa posture et de ses bienfaits – ne pas transpirer juste pour le plaisir de transpirer –, manger en savourant – sans téléphone portable devant le nez – en observant ce que je ressens en mangeant... et surtout, faire les choses une par une, lentement, sans penser à ce que je dois faire après. Cela paraît facile, mais compte tenu de la charge mentale qui est la nôtre et de notre course multitâche à la productivité, j'ai décidé de réduire ma liste de bonnes intentions à uniquement celle-ci. Je veux essayer d'arrêter de vivre en pilote automatique et de prêter attention à tout ce que je fais, sans rien faire d'autre en même temps, comme répondre à mes mails en marchant, par exemple. C'est mon seul objectif bien-être pour cette année. Car je crois que si je l'atteins et que j'apprends à vivre en pleine conscience, toutes les facettes de mon bien-être y gagneront. Et cela signifie par exemple me lever sans regarder mon écran de portable et me concentrer uniquement sur l'exercice que je suis en train de réaliser ou le café que je bois, me balader sans téléphone dans la poche ou manger sans regarder la télé. Tout cela aura un impact sur mon bien-être à bien des égards, y compris sur cette fatigue que je porte en moi parce que je vis dans un état de vigilance permanent.

Une règle simple pour déconnecter

Quand nous pensons vite et vivons dans le besoin (erroné) de vouloir tout faire, il est difficile d'intégrer ce mode reposant et conscient. C'est pourquoi je suis la recommandation de la nutritionniste espagnole Cristina Barrous : "La grande erreur que nous commettons à cet égard est de ne pas nous arrêter, d'être en pilotage automatique tout au long de la journée. C'est pourquoi je recommande de faire des micro-arrêts de 2 minutes au moins 10 fois par jour, d'être conscient de ce que l'on fait et de ne pas entreprendre deux choses en même temps. Il peut s'agir, par exemple, d'appliquer une crème hydratante et de ne faire que cela (sans écouter un podcast en même temps, par exemple). Ou encore de préparer le dîner sans regarder ses notifications de réseaux sociaux", explique l'experte, qui nous conseille de s'acquitter consciemment de ces gestes quotidiens que nous avons tendance à faire en mode multitâche, sans aucune nécessité extérieure.

Faire un travail intérieur : se faciliter les choses

Une autre alternative consiste à envisager la vie différemment, en considérant plutôt le verre à moitié plein et non à moitié vide. Cela dépend juste de nous, pour rendre l'ensemble plus fluide. C'est précisément l'un des piliers de la méthode Kaizen qui prône l'importance de vivre simplement, en se concentrant sur ce que l'on peut faire et non sur ce qui échappe à notre contrôle. La psychologue Maria Martinez explique dans son livre Vivir en modo Kaizen (“Vivre en mode Kaizen”) que le fait de concentrer son attention sur le moment présent et sur ce que l'on fait à chaque instant fait disparaître le stress. “Vous n'êtes stressé qu'en pensant à ce que vous ne pouvez pas faire maintenant. Se concentrer sur ce qu'on pourrait faire, c'est sentir que l'on ne va pas pouvoir le faire, car si on était absolument sûr d'avoir du temps pour tout et de pouvoir faire tout ce qu'on veut, il n'y aurait pas de stress”, relève-t-elle. Elle conseille aussi d'arrêter de penser à ce qu'il vous reste à accomplir car "cela ne vous fait pas avancer plus vite, cela vous fait même trébucher davantage parce que vous n'êtes pas concentré sur ce que vous faites maintenant, vous essayez de contrôler l'avenir – qui ne dépend pas de vous – et de lâcher le contrôle du présent, qui lui dépend de vous", explique-t-elle encore.

Prendre son temps dès le réveil est primordiale

La coach Amagoia Eizaguirre insiste surtout sur l'importance de ne pas commencer la journée en accéléré. "Les premières heures, je me consacre à me réveiller lentement, à préparer un petit déjeuner et à me concentrer sur le présent. J'active tous mes sens : l'odeur du café, le son d'une musique douce, j'observe la couleur du ciel et je profite de l'instant présent sans autre distraction", raconte l'experte. Quelles sont les conséquences ? "J'ai remarqué que le fait de commencer la journée de cette façon m'a aidée à travailler sur ma concentration, mon dialogue intérieur et à démarrer de bien meilleure humeur. Je suis passée d'une situation où je me levais et fonctionnais en pilote automatique à celle où j'étais beaucoup plus consciente. On ne sait jamais ce qui va se passer, mais on peut contrôler sa façon de commencer sa journée et d'en apprécier les premières minutes. La vie s'en trouve complètement changée", conclut-elle. Dont acte.

Article initialement publié sur Vogue Espagne.

Traduction par Chantal Bloom

Plus de Beauté sur Vogue.fr :

Victoria Beckham dévoile 4 choses à faire quotidiennement pour son bien-être

Quel nettoyant visage choisir quand on a la peau sensible ?

Voici une habitude toute simple des Japonaises pour perdre du poids et booster son immunité

Plus de Vogue France en vidéo :

2024-02-12T14:04:28Z dg43tfdfdgfd